Home / Non classé / Coronavirus en France: comment se déroule l’enquête pour remonter jusqu’au « patient zéro » dans l’Oise

Coronavirus en France: comment se déroule l’enquête pour remonter jusqu’au « patient zéro » dans l’Oise

Cette procédure de « contact tracing » a pour objectif de « contenir l’épidémie en cassant les chaînes de transmission » en repérant les personnes potentiellement contaminées à leur tour, explique Bruno Coignard, de l’agence sanitaire Santé publique France. De cette manière, les enquêteurs espèrent également remonter jusqu’au premier individu qui a amené le Covid-19 dans le département.

Des scientifiques « détectives »

« Les scientifiques, tels des détectives, vont, au fur et à mesure, interroger la famille, les proches, reconstituer les habitudes de vie des deux malades au cours du dernier mois », résume dans Le Parisien Anne-Marie Moulin, médecin et philosophe, chercheuse émérite au CNRS.

Une fois les personnes qui ont été en contact avec les malades identifiées, elles sont contactées par des épidémiologistes, qui les classent selon trois niveaux de risque: nul/négligeable, faible, modéré/élevé. Le plus haut correspond à « des contacts étroits, en face-à-face, à moins d’un mètre, sur une durée suffisamment prolongée, 10/15 minutes », selon Bruno Coignard.

A l’inverse, le plus bas niveau concerne les soignants qui étaient bien protégés par leur équipement ou des personnes « qui ont des contacts très occasionnels et furtifs » avec le malade. « Si vous le croisez dans la rue, il n’y a pas de raison d’avoir une transmission », souligne le Dr Coignard. Plus difficile à jauger, l’appartenance au niveau intermédiaire, dit faible, est laissée à l’appréciation de l’épidémiologiste.Play Video

Mais ce travail fastidieux risque d’être long dans la mesure où « sur 10 cas de Covid-19 importés, 6 ne sont pas détectés car les malades ne présentent pas de symptômes ou très faibles, et ne vont donc pas consulter », soulignait sur BFMTV Vittoria Colizza, directrice de recherches à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Un risque supplémentaire que le « patient zéro » passe sous les radars.

Un algorithme comme solution?

En Italie, où les cas se multiplient ces derniers jours, les autorités tentent aussi de remonter au « patient-zéro ». Une piste s’est ouverte en début de semaine, susceptible d’expliquer les contaminations survenues en Lombardie et en Vénétie, qui totalisent à elles seules 194 des 219 cas italiens. Elle conduit à un agriculteur de 60 ans, originaire d’Albettone, dans la province de Vicenza (Vénétie), et qui a appelé la pharmacie de Vo’ Euganeo, à 15 km de là, se plaignant de symptômes de grippe, a raconté lundi à plusieurs médias le maire de Vo’ Euganeo, Giuliano Martini.

L’homme, qui fréquentait régulièrement les bars de Vo’ Euganeo, s’était rendu ces dernières semaines dans certains lieux de la région de Lodi, au sud de Milan et notamment à Codogno, foyer épidémique lombard. Il pourrait donc être le lien entre les deux zones touchées.

« Nous ne savons pas s’il s’agit du patient zéro mais c’est une piste possible à suivre, il est donc juste de faire une vérification », a ajouté Giuliano Martini.

Afin de lever le mystère du « patient zéro », l’Agence régionale de la Santé de Milan a engagé une équipe de mathématiciens, physiciens et médecins pour définir un algorithme. Son but: croiser les données concernant les personnes infectées et leur entourage pour tenter de retracer l’origine de l’infection. Un outil qui permettra peut-être aussi à la France de retrouver le « patient zéro » de l’Oise.

Source BFMTV

Check Also

Des filles de Miss Bum Bum bloquent la circulation au Brésil

Kim Kardashian a peut-être cassé Internet avec ses formes célèbres, mais au Brésil, elle ferait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *